• Renard Minimal

Circuler sans voiture.


Depuis quelques mois je n'ai plus de voiture.

C'est un fait, quelques choses qui nous tombe dessus mais que je n'ai pas envie de vivre comme un problème mais plutôt comme un coup de pouce.

Dans mon processus de polluer moins notre Terre j'ai décidé de ne pas me remettre un crédit sur le dos et de passer en mode transport en commun et surtout vélo!

En janvier dernier j'avais investi dans un beau vélo tout neuf de chez Décathlon (en mettant de côté), avec tout l'équipement nécessaire : les casques, un rétro, l'antivol et le porte bébé. J'en suis très contente, je n'ai eu aucun soucis mécanique et pas de crevaison pour le moment.

Le petit HIC c'est que je me rends bien compte qu'une fois bien chargée, à Albi, je peine à monter certaines côtes. J'aurai peut être dû, avec le recul, mettre encore de côté pour m'acheter un vélo à assistance électrique. D'autant plus qu'il y a quelques semaines j'ai ajouté quelques accessoires, notamment une remorque, pour transporter ma fille au sec durant les trajets pluvieux, ou bien encore porter des choses encombrantes. En plus de cela un magnifique poncho pour moi et un support pour le portable. Il faut ce qu'il faut!

Pour le coup je suis super contente de cet achat (la remorque), surtout que j'ai la possibilité de tout ranger (vélo et remorque) à l'abris chez moi et également à mon lieu de travail. Ce qui me permet en l’occurrence de ne pas abîmer ce qui me sert de transport principal.

Donc le vélo c'est tous les jours, pour le boulot, porter ma fille, faire les courses, me rendre à des vides greniers ou chez des amis. Ma chance c'est que j'habite en ville, et bien sur ce n'est pas un mode de transport qui s'adapterait très bien si je vivais à quelques kilomètres d'ici en campagne.





Prix de l'équipement :


En sachant que tout vient de Décathlon, je fais quand même une belle économie, puisque comparé à certaines marques on est dans les prix bas avec de la qualité.

350 euros c'est le prix du vélo avec le siège et les casques. 200 euros c'est le prix de la remorque et quelques équipements. Je pense en tout avoir investi 600 euros dans le tout. Ce n'est pas excessif et c'est une somme qui peut être mise de côté rapidement. Actuellement l'assurance est comprise dans celle de mon habitation. Je ne le compte pas dans mes dépenses liées au transport.





Les autres transports :


Pour le reste de mes trajets, il m'arrive de prendre les bus de ville quand je n'ai pas envie de pédaler, ou de faire le trajet à pied quand j'ai envie de prendre le temps.

Pour ce qui est de mes trajets bien plus éloignés, j'ai le train, les covoiturages, les copains... Ça ne manque pas! D'autant plus que la conduite n'a jamais été ma grande passion, je n'ai aucun mal à me faire porter, héhé.

Donc clairement je n'en ai pas pour des fortunes surtout quand il s'agit de monter en covoiturage. Je pense faire du covoiturage deux fois par mois maximum, tout dépend du trajet, ça me revient entre 15 et 50 euros. Pour le bus 1,10 euros le trajet, je dois le prendre 5 fois maximum dans le mois, ce qui revient à 5,50 euros. Disons que mes dépenses en transport en commun sont à peu prés d'une 40 aine d'euros.


Le bilan financier :


Mon vélo m'a demandé un certain investissement de base, mais sur lequel je n'ai pas de crédit, en comparaison ma voiture me coûtait 200 euros par mois. En ce qui concerne l'assurance, 47 euros pour la voiture, 0 pour le vélo. L'essence 100 euros par mois environ, rien pour le vélo bien sur. Les réparations en moyenne 150 par an pour la voiture (pneus seulement), pour le vélo rien pour l'instant. Je rajoute tout de même mes dépenses mensuelles en transport en commun qui sont de 40 euros en moyenne.


J'en viens au bilan suivant:

  • Transport voiture au mois : 360 euros.

  • Transport sans voiture au mois : 40 euros.

Je pense que ça ne peut pas être plus clair.


Les points négatifs :


Les seuls moments où ça se complique c'est quand ma fille est malade, lorsque je dois me rendre dans des lieux un peu reculés où train, bus et covoiturage sont rares ou absents. Mais comme ça ne m'arrive pas tous les 4 matins je vis très bien avec. J'ai du limiter aussi mes expéditions en vide grenier. Les accidents, on va pas se mentir en ville t'es un cycliste, pour certains conducteurs t'existe pas. Donc il faut être trés vigilant, être sécurisé quitte à être un peu ridicule. Et surtout rouler doucement quand on transporte un enfant, éviter également les contre-sens dans ces cas là. En dehors de cela je ne perds rien, je ne me sens pas dépendante des autres, ma ville étant bien desservie je n'ai pas de problème pour bouger.


Les points positifs :


Bon le financier comme on vient de le voir. Physiquement, cela me permet de me dépenser un peu, je n'ai pas toujours de temps pour moi à ce niveau là. La tranquillité, en vélo on passe partout, on a pas de soucis de bouchons. Au retour du travail je longe les lignes de voitures qui attendent, en 10 minute j'ai récupéré ma fille et je suis chez moi, et ça c'est quand même bien kiffant.

Et puis dernier point et non des moindres: l'empreinte carbone, qui est le taux de pollution de nos modes de vie. La voiture est le moyen de transport au quotidien le plus polluant selon (agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) , sur les trajets à longues et courtes distances. Donc le point de comparaison avec la marche et le vélo est énorme, puisque nous avoisinons les 0. En ce qui concerne les transports en commun, toujours selon l'ADEME, le train reste le moins polluant, on peut également compter sur les bus électriques.


J'espère qu'à travers mon expérience vous pourrez peut être imaginer la possibilité de changer votre mode de transport. Vous alléger financièrement, devenir éco-responsable, circuler en profitant de ce qui vous entoure. J'y arrive et pourtant je peux vous dire que je suis loin d'être une grande sportive.


Bonne route !



33 vues

Albi, Tarn, France

  • Twitter - Black Circle
  • Instagram
  • Facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now